20 avril 2020

Peut-on être un acteur responsable en temps de crise ?

Julien Fayet
Co-founder & Managing Director chez Schoolab

Agir avec et pour son écosystème

Parce que Schoolab est une entreprise hybride, les activités sont nombreuses, variées, et souvent à la croisée de plusieurs chemins: animation de lieux, formation, conseil, prestations événementielles, et bien plus encore.

Toutes ces activités nous permettent d’interagir chaque jour avec des personnes très variées ; nos résidents, nos équipes, nos clients, nos étudiants, nos propriétaires, nos freelances, nos startups, nos fournisseurs, nos actionnaires…

Nous représentons un chaînon, entre les grandes entreprises, l’univers des startups, celui des institutions académiques, le monde étudiant et celui, plus morcelé, des freelances. Ce croisement d’univers, compose  un écosystème que nous mettons à disposition des grands groupes : nous sommes une interface. L’écosystème qui compose Schoolab est évidemment vaste avec de nombreuses entités qui créent une chaîne de valeur extensive. 

Cette période inédite nous fait prendre conscience de notre rôle. Elle nous a questionné sur la bonne manière d’agir, d’être responsable, éthique et transparent avec chaque acteur qui compose cet écosystème et qui nous porte depuis bientôt 15 ans.

Nous avons réalisé très concrètement que nos décisions et notre attitude avaient un impact fort sur notre éco-système : la facturation de nos programmes pour nos startups, les loyers de nos résidents, le paiement des factures des freelances… mais aussi que nous étions bien sûr impactés par la gestion de nos relations avec nos clients, dépendants de leurs donneurs d’ordre, avec les propriétaires de nos bâtiments, eux-mêmes dépendants de leurs actionnaires, voire de leur famille.

Nous avons aussi réalisé que nous pouvions, grâce à notre connexion avec ces multiples acteurs, avoir modestement valeur de caisse de résonance des pratiques responsables.

Lorsque L’Oréal nous fait confiance, au tout début du confinement, pour continuer la construction de l’école de coiffure Real Campus ou qu’Enedis s’engage sur ses règlements pour l’année, cela nous aide à convaincre nos clients grandes entreprises de continuer à nous confier de l’activité. Et lorsque nos résidents nous confient ouvertement leur situation financière et leur capacité à payer leurs loyers, cela nous aide à discuter ouvertement et en confiance nous aussi avec nos propriétaires.

Nous faisons de notre mieux pour continuer à respecter l’intégralité de cette chaîne de valeur. C’est une ligne de crête qu’il faut tenir entre se préserver et ne pas mettre en danger les autres.

La première tentation en contexte de crise est bien sûr celle du repli sur nous mêmes pour nous protéger : regarder nos priorités comme absolues  et prioritaires vis-à-vis de celles de nos partenaires.  Dans ce contexte, nous avons pris le parti de contacter quasiment tous nos clients, résidents, prestataires etc… Beaucoup de dialogue, énormément de doutes, des hésitations, mais pour finir, nous avons été rassérénés par un sentiment collectif et partagé de responsabilité de tous ces acteurs. Sans céder à la tentation égoïste du repli sur nous même, nous essayons de jouer un jeu collectif : vis-à-vis des pouvoirs publics, en faisant correspondre la baisse multiformes de nos activités et la réalité de nos demandes de chômage partiel, vis-à-vis de nos prestataires, en leur assurant une visibilité au moins aussi claire que celle dont nous disposons nous mêmes.

Quels que soient les arbitrages, nous devons être transparents, responsables et honnêtes envers tous, sans nous mettre en danger. 

Agir collectivement avec les  équipes

L’équipe Schoolab a beaucoup grandi depuis un an, mais a su garder une culture d’entreprise forte. Cette culture perdure aujourd’hui, à distance et depuis le premier jour de confinement. Elle est plus forte, et plus essentielle que jamais.
Nous avions l’habitude d’organiser  chaque semaine un petit-déjeuner d’équipe le mercredi matin. Tout le monde y est le bienvenu pour soulever un point proposer une idée, proposer une amélioration. Les rituels structurent cette cohésion et nous avons fait évoluer ces rencontres virtuellement, chaque semaine. Ces moments réunissent jusqu’à 96 collaborateurs connectés à la fois, ce qui fut d’ailleurs l’étonnement d’une journaliste de 20minutes

Des points sont également régulièrement réalisés entre les directeurs de pôles. Les ordres du jour sont clairs, le timing pesé, les interventions mesurées et le syndrôme de la “réunionite” disparaît. Le temps devient précieux.

Au delà de cette volonté “structurelle”, les équipes ont, de leur fait, enclenché de nouveaux rituels : partage d’une playlist musicale, création de chaîne slack projets ludiques, création de moments quotidiens pour les fumeurs – il en reste 😉 – La vie des équipes continue et les interactions, essentielles, se poursuivent sous de nouvelles formes.

Ainsi, malgré la distance, le collectif grandit. Il y a une ironie à se sentir davantage soudés pendant ce confinement. Cette période nous apprend beaucoup et les bonnes pratiques acquises resteront demain. 

Agir ensemble, être transparent sur la situation de chacun, soutenir et partager le risque dans la mesure du possible… ce besoin d’agir ensemble fait écho au témoignage – que je vous invite à découvrir – de Nicolas Geray, associé fondateur de MoHo que Schoolab porte avec conviction.

Savoir se réinventer

Historiquement, Schoolab est dans son ADN une organisation de rencontre. C’est notre ADN et il se matérialise par l’animation de communautés et l’accompagnement de projets innovants par des formations, des ateliers, des hackathons…au sein de lieux et d’événements. 

Cette période, nous a invité à nous ré-inventer (voir l’interview d’Olivier Cotinat aux Echos d’avril 2020). L’équipe fut d’une force de proposition incroyable et beaucoup de projets passionnants sont nés de cette séquence, simplement en appliquant à nous même ce que nous conseillons à nos clients : être entrepreneur, jouer collectif et agile, chercher l’impact. En 3 jours, nous avons réussi à digitaliser plusieurs projets clients d’envergure, comme par exemple l’événement du Trade Show final de notre programme CPI, réunissant 250 participants dont 130 étudiants et 15 entreprises.. En moins de 15 jours, c’est toute l’offre Schoolab qui s’ajuste au digital !  Chaque Business Unit a pris la décision de mettre ses offres en ligne. L’équipe Agilité a su organiser en quelques jours un webinar avec BNP Paribas ! La formation à l’innovation des hauts cadres de l’Etat s’est déroulée intégralement à distance. Le programme Startups s’est digitalisé pour permettre aux startups de poursuivre leur accompagnement et de lancer les prochaines candidatures. Nous avons même lancé, avec MoHo, un cycle de conférences online réunissant des intervenants prestigieux autour du thème “Jouer collectif : s’inspirer d’expériences extraordinaires”,  A San Francisco ou à HöChiMinh City les équipes ont adapté leurs offres permettant d’imaginer ensemble des produits communs et internationaux.

Nous sommes restés attentifs aux besoins de nos clients. Sans effets d’annonces et sans prétention, nous les avons écouté et avons cherché des solutions, simples, efficaces, pragmatiques. Même si ces projets de digitalisation étaient en gestation depuis plusieurs mois, cette période a imposé une accélération. 

“Nos existences sont presque entièrement bâties sur un ensemble d’évènements aléatoires” écrit Jonathan Grimwood.

La crise sans précédent que nous affrontons oblige, plus que jamais, les entreprises à s’adapter, à être agiles et à imaginer collectivement des solutions innovantes en un temps record. Etre agile, digitaliser ses process, ré-inventer ses produits, ses services : tout cela n’est plus une option, cela devient en réalité une condition de progrès.

Pour le meilleur de nos organisations, celui des collaborateurs mais aussi des citoyens. Cette réflexion, Schoolab la porte d’abord en interne. Nous nous ré-inventons en plaçant plus encore l’humain au coeur de notre développement et avec l’envie, l’objectif et la volonté de participer positivement aux jours d’après qui ne doivent plus ressembler à ceux d’avant. C’est notre conviction la plus sincère. Elle est collective et c’est vers ce chemin que nous emmènerons notre entreprise, et ceux qui nous accompagnent.  L’innovation n’est plus une option, elle devient une condition de Progrès.

Julien & l’équipe Schoolab

Découvrez nos articles

Lisez nos conseils pour innover et collaborer en temps de crise

Startup

20 startup innovantes à suivre en 2020

Stratégie innovation

Webinars, meetings, workshops… comment mieux collaborer à distance ?

Formation Acculturation

5 idées pour faire des ice-breakers à distance

agilité organisationnelle
contact

Contactez nous pour innover à distance