6 juillet 2020

Comment Faurecia s’est associé à UC Berkeley pour évoluer vers un avenir sans plastique

Les entreprises utilisent de nombreux moyens pour réduire activement la quantité de déchets plastiques qu’elles produisent. Dans le cadre d’une série d’articles, nous mettons en avant cinq approches adoptées par les partenaires de notre programme Deplastify the Planet. Dans cet article, découvrez comment Faurecia a recherché des matériaux alternatifs et les conséquences que cela implique.

Deplastify the Planet est une formation unique en son genre proposée conjointement par UC Berkeley (SCET) et Schoolab, un studio mondial d’innovation, où les étudiants travaillent avec des entreprises du monde réel avec un seul objectif à l’esprit – « déplastifier » la planète. Des étudiants de toutes disciplines et de tous milieux travaillent en petites équipes sur des projets d’un semestre. Chaque équipe est associée à une entreprise partenaire et passe tout un semestre à réfléchir, construire, tester et résoudre les problèmes autour de la façon de freiner l’utilisation excessive du plastique.

Comment les organisations réduisent-elles l’impact du plastique sur l’environnement ?
Le cas de Faurecia : trouver des matériaux alternatifs

Faurecia : la voie vers la mobilité sans plastique

En tant que 8ème plus grande entreprise de technologie automobile au monde, Faurecia, partenaire du programme Deplastify the Planet au cours des deux derniers semestres, jette un regard particulier sur les questions relatives à la pollution plastique et automobile. Faurecia fabrique des intérieurs, des sièges et les technologies de réduction des émissions pour tous les constructeurs automobiles, notamment Tesla et Mercedes-Benz, ce qui signifie que l’entreprise ne maîtrise pas toujours l’utilisation ou la mécanique de la voiture. Cela dit, elle dispose d’une opportunité particulière de réduire les émissions et d’inspirer l’innovation par la fabrication et les matériaux. Ce point de vue a permis à l’entreprise de devenir un partenaire de choix pour le programme Deplastify.

Les entreprises innovantes sont généralement confrontées à des problèmes complexes qui ne peuvent être résolus qu’en les examinant sous différents angles. L’externalisation de cette phase de recherche et de réflexion apporte de nouvelles perspectives et permet aux entreprises de gagner du temps, de l’énergie et de la flexibilité.

Mathieu Aguesse, PDG Schoolab San Francisco

En invitant des étudiants de Berkeley à participer à cette activité, Faurecia acquiert une nouvelle perspective tout en permettant aux étudiants d’acquérir une expérience précieuse en travaillant pour une entreprise de haut niveau sur des questions d’une importance majeure. Ce partenariat permet aux deux parties de travailler ensemble pour apporter des changements réels et durables – ceux dont nous aurons de plus en plus besoin à l’avenir.

Au cours du premier semestre de ce partenariat, Faurecia a présenté son défi : « dépolluer » sa chaîne d’approvisionnement et ses matériaux par la localisation. Nous savons que les automobiles et les transports sont très polluants en raison des émissions nocives liées à leur carburant et leur conduite. Pourtant, la plupart des automobiles ont déjà dégagé la valeur d’une vie entière d’émissions avant même de quitter le parking de l’usine. En tant que source de pollution mondiale, la fabrication peut être difficile à transformer. En effet, les matériaux nécessaires à la durabilité peuvent être dispersés à travers la planète. Ainsi, même s’il existe des substitutions au plastique et autres pièces non structurelles, elles impliquent des compromis importants en termes de coûts et des changements spectaculaires de la part des fournisseurs qui compliquent la chaîne d’approvisionnement et exacerbent les émissions produites. Formant initialement une équipe de six personnes, les étudiants de Berkeley se sont efforcés d’identifier un matériau alternatif partiel au qui pourrait être fabriqué et obtenu localement, en utilisant une fibre naturelle originaire de la région de la fabrication de Faurecia, au Mexique. Cette solution a permis de réduire de 50 % l’utilisation du plastique, d’accroître la recyclabilité globale des matériaux excédentaires, de réduire considérablement les émissions de la chaîne d’approvisionnement et de soutenir une communauté agricole locale en difficulté depuis des décennies. En travaillant à la planification et au développement de cette idée, la première équipe d’étudiants a bénéficié d’un soutien total, non seulement de la part des partenaires de Deplastify, mais aussi de l’entreprise Faurecia elle-même, qui a invité deux étudiants au Mexique afin qu’ils se forment et s’impliquent en personne. À la fin du semestre, les étudiants avaient identifié une nouvelle fibre répondant à toutes les contraintes, présenté l’idée à des fournisseurs et des fabricants potentiels, et parlé aux habitants du Mexique des moyens de soutenir, d’innover et de financer l’industrie locale.Entièrement engagée à relever les défis environnementaux, l’entreprise a signé pour un autre semestre.

Faurecia souhaite travailler de manière plus durable face pour alléger les problèmes environnementaux. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle gamme de produits de matériaux durables a été créée

Hugo Piccin, Chef d’équipe et spécialiste de la ligne de produits de décoration, Faurecia

Grâce à cette expertise et à l’équipe du premier semestre, le projet a été transmis à nos étudiants du 2e semestre, impatients d’aborder cette nouvelle phase avec une détermination et un enthousiasme accrus.

Prototypage d’une chaîne d’approvisionnement mondiale

Le principal défi pour ce groupe d’étudiants consistait à reprendre ce plan et à en faire une réalité concrète. En 3 mois, l’équipe a réuni des partenaires d’approvisionnement et de traitement au Mexique et travaillé à la création d’un prototype officiel, testé les propriétés mécaniques de la fibre, déterminé la demande et ainsi de suite. C’est alors que le mois de mars est arrivé, et avec lui, une pandémie mondiale qui a imposé aux étudiants un défi plus redoutable encore, mais ils n’ont pas reculé. Même si plusieurs de leurs efforts sont encore « en phase de travaux » en raison de fermetures d’usines, etc., l’équipe a terminé le semestre avec un plan approfondi concernant la façon de poursuivre le projet et d’apporter un changement efficace, une technologie et un financement à l’agriculture locale mexicaine en difficulté. L’équipe a même rédigé un guide international permettant de reproduire le processus, afin que les clients de Faurecia puissent travailler à la localisation de leurs propres chaînes d’approvisionnement.  

Après deux semestres de nouvelles perspectives ouvertes par une équipe d’étudiants motivés, de mentors et de professionnels de Berkeley, Faurecia continue à fabriquer un avenir meilleur en se libérant progressivement du plastique, aidant ses clients à apprendre et à s’engager à faire de même. Grâce à cette collaboration de deux semestres avec Schoolab et SCET, l’entreprise a acquis deux fois plus de perspectives et de diversité, le deuxième semestre permettant l’implication d’hispanophones et de nouveaux étudiants en ingénierie technique. Après 9 mois d’accélération, le projet est prêt à être mis en place en interne. Faurecia devrait donc être en mesure de mettre en œuvre et de diffuser cette solution sur ses sites mondiaux, à commencer par l’Afrique du Sud. Nous voyons dans cette volonté de collaborer, d’écouter et d’imaginer avec les étudiants une expérience plus intéressante et précieuse pour les entreprises, où la collaboration permet de rêver et de concrétiser des projets de déplastification de la planète.

Auteur: Veronica Cargay, Coordinateur du cours Deplastify the Planet, UC Berkeley

En savoir plus

contact

Devenez un partenaire Deplastify!